Photo by Brooke Lark on Unsplash

On pense souvent que, parce que je suis infirmière, je n’ai aucun mal à user et abuser de la médecine conventionnelle, des médicaments… Et c’est pourtant tout l’inverse ! J’essaye à tout prix d’éviter au maximum les traitements médicamenteux, leur préférant des alternatives naturelles. Cela fait des années que « j’essaye » de me mettre (plus ou moins sérieusement) aux huiles essentielles, à visée préventive ou curative. Voilà maintenant 2 mois que j’essaye d’inclure ces petits flacons dans mon quotidien. Me voilà donc aujourd’hui pour vous parler de mes premières impressions !

 

Les huiles essentielles : les précautions

C’est un grand chapitre à prendre en compte dès les premières utilisations ! Ce n’est pas parce que les huiles essentielles proviennent de la nature qu’elles n’engendrent aucun risque. Bien au contraire ! Mal utilisées, mal associées, surdosées… elles peuvent présenter un grand risque pour la santé. Attention, donc, à ne pas jouer au petit chimiste, sous peine d’engendrer des risques pour votre santé. Je vous conseille vivement de demander conseil à un professionnel (pharmacien, naturopathe). Personnellement, j’aime me référer à cet ouvrage* que j’ai depuis des années (j’ai malheureusement dû racheter sa dernière édition car j’ai prêté la première à quelqu’un… qui ne me l’a jamais rendu!). Les conseils y sont clairs, précis, et le tout est écrit avec beaucoup de sérieux. On peut rechercher les huiles essentielles par ordre alphabétique, ou se référer au glossaire pour chercher un problème particulier (rhume, rhinite, allergie…). Ce système à double entrée est particulièrement bien pensé !

Attention, également, aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et aux animaux de compagnie : leur foie élimine mal (ou plus difficilement) les molécules contenues dans les huiles essentielles. Le contact avec ces dernières peut donc être toxique et provoquer de graves problèmes de santé.

 

Les huiles essentielles : par quoi démarrer ?

Cela dépend des problèmes que vous souhaitez traiter, de vos éventuels problèmes de santé… Il existe quelques « indispensables » pour traiter les petits bobos du quotidien. J’ai eu la chance que la marque Joli’Essence me contacte alors que je me mettais tout juste à réfléchir aux huiles essentielles ; j’ai profité de leurs conseils pour choisir des produits adaptés à ma situation.  J’aurais eu du mal à mettre le doigt sur celles dont j’avais besoin au début, alors voici quelques pistes :

– HE de lavande aspic : apaisante, antifongique, réparatrice… Elle a tout bon ! Elle est à différencier de lavande vraie (à visée relaxante/délassante, et que j’ai vue utiliser pendant des annéespar une collègue aide-soignante de nuit qui en posait une goutte sur l’oreiller de ses patients!). La lavande aspic, elle, m’aide à apaiser notamment les piqûres de moustique, très rebelles et urticantes chez moi. On privilégie cette HE pour une utilisation cutanée : une goutte sur un bouton de moustique, et la démangeaison est déjà bien atténuée !

– HE de ravintsara : on m’a vanté de nombreuses fois ses vertus fortifiantes, notamment vis-à-vis des défenses immunitaires. Depuis que nous sommes parents, j’ai l’impression que chaque virus entraîne une succession de symptômes qui durent parfois des jours et des jours… Nous qui n’étions jamais malades avant, c’est un peu délicat à vivre ! J’avais l’impression que notre immunité en avait pris un sacré coup, et que mêmes les vitamines « conventionnelles » n’y faisaient rien. C’est une huile connue pour son efficacité, et pour son innocuité (elle n’est pas toxique, y compris sur les nouveaux-nés). Je l’utilise principalement en diffusion, et espère qu’elle me promettra un hiver prochain sans trop de microbes !

HE de tea tree (arbré à thé) : anti-bactérienne, anti-virale, anti-parasitaire… c’est l’huile essentielle couteau-suisse des infections en tout genre, et quelle que soit leur localisation. Je l’utilise sur mes boutons d’acné, sur ma brosse à dent pour la désinfecter… Je déteste son odeur (camphrée et tellement puissante!) mais je lui pardonne au vu de son efficacité.

 

Les huiles essentielles : et les mélanges ?

Pour profiter des vertus de plusieurs huiles, on peut combiner les formules, que cela soit par le biais d’un diffuseur, ou lors d’une application cutanée. Là aussi, attention aux « bidouillages » : on suit des recettes validées, et on respecte les posologies ! Le site Joli’Essence propose tout un panel de recettes, qui permettent de réaliser des baumes, des mélanges d’huiles à diffuser ou encore des produits de beauté solides.

J’attends l’hiver pour réaliser la recette suivante : un mélange pour diffusion respiratoire, afin de prévenir les premiers maux hivernaux ! Il est formulé à base d’HE de menthe poivrée, de gaulthérie odorante et d’eucalyptus radié.

 

Les huiles essentielles : quel diffuseur ?

Je me suis rendue chez Nature & Découvertes pour visualiser les différents diffuseurs proposés par la marque. J’ai été très surprise par le choix proposé par la marque ! Je me suis finalement tournée vers ce modèle, qui allie l’utile à l’agréable… C’est peut-être un peu futile, mais je souhaitais choisir un modèle qui me plaise d’un point de vue esthétique, pour ne pas avoir à le ranger constamment. Mes critères étaient les suivants : réservoir suffisamment grand, diffusion large (pièce >30 mètres carrés) et modèle silencieux. A ce jour, j’en suis très satisfaite, et vous le conseille vivement !

 

Les huiles essentielles : pour aller plus loin

Objectifs suivants : apprivoiser la forme orale (et pourquoi pas les comprimés neutres, qui permettent l’absorption des HE par voie orale), pourquoi pas investir dans des huiles pour réaliser des mélanges plus poussés… J’attends vos différentes suggestions et conseils dans les commentaires !

* = publicité - liens affiliés et/ou produits offerts ; lire mon à propos pour en savoir plus.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

16 Commentaires
  • CHABIN
    26 juin 2019

    Coucou Mariel! Très intéressant, je pense commencer aussi! Pour ton info la chaîne YT a diffusé (jeu de mots!) plusieurs vidéos à ce sujet : Audrey Duchêne j’ai appris beaucoup de choses! Merci bisous

  • Colette
    26 juin 2019

    Article fort intéressant!
    Je suis, moi aussi, une adepte des HE. Elles sont riches de vertus extraordinaires!
    Belle journée.

  • Justine
    26 juin 2019

    Coucou Mariel !
    Super article, j’aime beaucoup l’approche que tu as eu.
    Comme toi je suis infirmière et depuis quelques années j’essaie d’utiliser de plus en plus les HE dont je suis plus que convaincu des bénéfices.
    La révélation pour moi c’est l’huile essentiel de menthe poivrée. Un indispensable en cas de migraine, 2 gouttes en massage sur les tempes et ma migraine disparaît en quelques minutes. Elle a définitivement remplacé mon antimigraineux (qui en plus me donnait des nausées à chaque prise).
    Merci pour tes articles et tes vidéos c’est un plaisir de te suivre.
    Bisous

  • Margaux Lacombe
    26 juin 2019

    Hello, j’utilise régulière l’he de pamplemousse avant de dormir sur le cuir chevelu. L’odeur est dingue et elle permet de se détendre. J’ai du mal avec les odeurs de ces produits sinon…

  • Marlese
    26 juin 2019

    Bonjour Mariel
    Suite à la lecture de ton article très enrichissant , je viens d’acheter l’ HÉ de lavande aspic , étant dévorée par les moustiques. C’est génial plus de démangeaisons

  • Caroline
    26 juin 2019

    J’utilise beaucoup les huiles essentielles depuis plusieurs années, avec le même guide que toi, que je trouve super bien fait !
    Par voie orale, le ravintsara est un réflexe dès que le nez picote ou que la gorge gratouille : 3 gouttes dans une cuillère de miel ou sur un sucre 3 fois par jour, et ça enraie ça immédiatement ! Tu peux aussi prendre une goutte par jour en prévention en hiver. J’ai aussi fait disparaitre des verrues tenaces avec une goutte de cannelle (très très forte, il faut l’utiliser avec grande précaution, mais le tea tree n’avait aucun effet !) en quelques jours. Et sans oublier la menthe poivrée pour les maux de tête (à appliquer sur les tempes) ! La liste est longue 🙂

  • Graindorge isabelle
    26 juin 2019

    Bonjour Mariel ,mon mari a eu la maladie de Lyme ,son immunité était quasi néante à sa sortie d’hôpital universitaire. J’ai suivi une année de formation en aromathérapie et ce fût la révélation. Le ravintsara l’a aidé à retrouver son immunité. Nous utilisons régulièrement les huiles essentielles . J’aime beaucoup ajouté une goutte d’huile essentielle d’ylan ylan à mon shampoing.Mes cheveux sont plus brillants ,sentent très bons et petit effet sur la chute des cheveux .
    Il y a tant à découvrir , j’aime les utiliser dans la salle de bain et aussi en cuisine. Bien sûr il faut bien s’informer,sites ,livres ,etc ….prochaine étape pour moi ,découvrir le pouvoir vibratoire et les effets sur l’émotionnel.
    Bonne semaine à toi

  • Stéphanie
    26 juin 2019

    Chouette article! J’ai aussi commencé à m’intéresser aux huiles essentielles, mais c’est vrai que cela me fait toujours un peu peur de les utiliser, il faudrait que je m’y mette sérieusement! En plus j’ai suivi plusieurs ateliers auprès d’une aromathérapeute qui est top sur Giez. Et c’est fou tout ce que cela peut faire! La gammathérapie a aussi de belles vertus.
    J’utilise la gamme de chez Néobulle pour mon fils: pour les bobos (tellement efficace!), les dents et les piqures de moustiques.

  • Bérengère
    26 juin 2019

    Superbe article !

    Je suis infirmière aussi et tout comme toi, j’essaie au maximum de ne pas avoir recourt aux médicaments conventionnels dans la mesure du possible bien sur.

    J’utilise depuis de nombreuses années les huiles essentielles et je suis convaincue de leurs efficacité.
    Mes incontournables : Ravintsara (pour les maux de l’hiver), Tea Tree, Basilic (pour les désordres d’ordre digestifs qui marche super bien), et tout ce qui est à base de Pin (pin sylvestre, sapin de sibérie… en diffusion l’hiver ainsi que toutes les autres synergies à diffuser qui sont bien pratiques).
    Je suis une adepte d’Aromazone et ils ont un superbe magasin à Lyon (Hôtel Dieu).

    Tout est dit dans ton article : il faut savoir les utiliser correctement !
    Belle fin de journée !

  • Marion
    26 juin 2019

    Bonjour Marielle,
    Attention, les diffuseurs d’huiles essentielles ne sont pas des plus recommandés si on a des chats à la maison !

  • Pauline
    27 juin 2019

    Salut, j’ai découvert le tea tree grâce à une collègue et j’en mets sur chaque boutons dès que je commence à être rouge et que je le sens sous ma peau. J’utilise depuis des années de l’eucalyptus radié quand j’ai le rhume : quelques gouttes sur mon oreiller avant de dormir.

  • Mohamed
    28 juin 2019

    Bonjour Mariel,

    pour la voie orale, (que ce soit le sucre, miel, et même les comprimés neutres) ce n’est pas l’idéal pour les HE, il y a que l’huile végétale qui est préconisée (voire le beurre si on a pas d’huile), les HE sont liposolubles, ne l’oublions pas (pour le goût rajouter un peu de miel sur l’huile végétale).

    Mohamed GHULAM – Aromathérapeute

  • Karossee
    23 septembre 2019

    Merci pour cet article très intéressant

  • Le Jardin des Elixirs
    13 décembre 2022

    Merci pour cet article qui traite parfaitement du sujet !

  • Vanessa
    7 mai 2024

    Merci pour les adresses, un excellent point de départ pour ceux qui souhaitent explorer le monde des huiles essentielles !