J’ai fini l’année 2023 avec un beau palmarès de 23 livres lus… soit presque 2 par mois, ce qui est au-delà de l’objectif que je m’étais fixé en début d’année ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle édition de cette thématique d’article que j’aime tant. Je vous propose de revenir sur mes 3 dernières lectures, remplies de coups de coeur !

La prochaine fois que tu mordras la poussière – Panayotis Pascot*

Panayotis Pascot s’attaque d’une plume tranchante et moderne à trois thématiques qu’il tisse pour composer un récit autofictionnel aussi acide qu’ultralucide. La relation au père, l’acceptation de son homosexualité et la dépression s’enchevêtrent ici dans un violent passage à l’âge adulte. Mais la lumière en sort toujours, d’un regard, d’une façon d’observer le quotidien avec autant de tendresse et d’humour que de clairvoyance.

J’admire (le mot est faible) le travail de Panayotis depuis ses premières apparitions à la télé, quand il était tout jeune chroniqueur dans – feu – Le Petit Journal. J’ai toujours aimé son ton, son regard critique mais toujours bienveillant, la finesse de son propos… j’étais donc très impatiente de découvrir son premier livre mêlant fiction et autobiographie. Le défi de me surprendre était de taille ; j’ai d’ailleurs toujours peur d’être déçue lorsque j’attends beaucoup d’un ouvrage ! Homosexualité, maladie, dépression : voici les 3 thèmes qui sont abordés, sans tabou ni ambages. Si la lecture de ce livre nécessite, selon moi, d’être dans un bon état d’esprit (je n’ose imaginer les émotions ressenties si vous le découvrez alors que vous traversez une période moralement difficile), j’ai adoré découvrir sa plume très juste, très libre, mais avec cette pointe d’humour et de décalage qui me plaît tant. Et maintenant, je n’ai qu’une hâte : découvrir un autre de ses ouvrages, en espérant que le succès remporté par celui-ci lui donne envie de réitérer l’expérience !

Où vont les larmes quand elles sèchent – Baptiste Beaulieu*

Tous les jours, Jean entend des histoires. Parfois il les lit directement sur le corps des malades. Il lui arrive de se mettre en colère. Mais il ne pleure jamais. Ses larmes sont coincées dans sa gorge. Il ne sait plus comment pleurer depuis cette nuit où il lui a manqué six minutes.

Mi auto-biographique, mi-fictionnel, ce roman nous emmène à la rencontre des patients de Jean, médecin généraliste. Leur point commun ? La souffrance, qu’elle soit physique ou mentale. Manque de moyens, patriarcat écrasant, accès aux soins compliqué, misère… tous les sujets sont abordés sans détour, conjointement avec l’état d’esprit de Jean qui, à force de se « blinder » face à des histoires terribles, a peur de finir par manquer d’humanité. Au fil des pages, on réalise vite que l’humour est une véritable arme pour survivre face à la misère sociale. Je me suis retrouvée dans bon nombre des situations décrites, avec un pincement au coeur à chaque fois, me rappelant des histoires passées avec les patients marquants de ma carrière. C’est un roman qui se lit d’une traite, et qui humanise parfaitement ces relations soignant/patient absolument précieuses.

En bons pères de famille – Rose Lamy*

Dans cet essai à la première personne où s’entremêlent intime et politique, Rose Lamy montre comment les bons pères de famille, en tant qu’individus et en tant que classe sociale, maintiennent le silence autour des violences intrafamiliales. Avec ce nouveau livre où l’on retrouve la finesse d’analyse qui fait son succès, elle achève de s’imposer comme l’une des voix incontournables du féminisme contemporain.

Voilà quelques années maintenant que j’essaye d’éveiller ma conscience féministe. L’actualité, et notamment la puissance de la sororité ou des mouvements actuels m’aide beaucoup, et j’ai récemment découvert que j’aimais enrichir ces connaissances de lectures… pour pousser le sujet encore plus loin. Dans ce véritable essai féministe, j’ai particulièrement aimé le ton (direct et sans détours), la parfaite documentation du sujet, ou encore le coup de projecteur sur des zones d’ombre dont je n’avais pas réellement conscience. Un livre qu’on a envie de lire un surligneur à la main, et de mettre entre les mains de toutes les personnes de son entourage.


Je vous attends dans les commentaires pour partager vos derniers coups de coeur lecture ! ♡

* = publicité - liens affiliés et/ou produits offerts ; lire mon à propos pour en savoir plus.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
  • Justine
    31 janvier 2024

    Merci pour ce partage de livre. Je me suis mise en attente pour Baptiste beaulieu dans ma bibliothèque, j’en entends beaucoup de bien hâte de le lire

  • Coucou Néroli,
    Merci pour ce partage de belles lectures.
    Dans mes lectures actuelles, j’ai un classique: « Pensées pour moi-même » de Marc Aurèle.
    Plein de sagesse.
    Belle journée

  • Simone
    5 février 2024

    Bonjour Muriel,
    Merci pour ces découvertes ! Je les ajoute à ma liste 🙂